Espèces végétales exotiques envahissantes

Symphoricarpos albus (L.) S.F.Blake, 1914
Nom(s) vernaculaire(s)Symphorine à fruits blancs, Symphorine à grappes
FamilleCaprifoliaceae
OrigineAmérique du Nord
Date d’introduction1817
Statut PACAAlerte
Statut domaine alpinAbsente
Statut domaine méditerranéenAlerte

Huynh-Tan Bernadette - 14/07/2011 (Cliquer pour zoomer)
Carte de répartition (par mailles INPN de 10*10km)

Description

  • Port : arbrisseau à port rappelant les chèvrefeuilles buissonnants.
  • Feuilles : feuilles glauques ou glaucescentes, ovales-arrondies ou faiblement lobées.

  • Tige : tige ligneuse, ramifiée.

  • Fleurs : fleurs en épis courts et denses, terminaux et axillaires, corolle actinomorphe, en entonnoir à 5 lobes courts, dépassant rarement 6 mm de longueur, rose ou rosée. Floraison mai-octobre.

  • Fruits : fruits spongieux, blanc chez les plantes naturalisées, rose chez certaines lignées cultivées, pouvant atteindre 18 mm de diamètre.
  • Taille : de 50 à 150 cm de haut.

  • Confusions possibles : la symphorine à fruits blancs se reconnaît facilement à ses fruits.



Biologie et écologie
Milieux : prairies, pelouses sèches et garrigues ; milieux anthropiques.

La symphorine à fruits blancs peut se reproduire de manière sexuée. Elle est pollinisée par les insectes et produit de nombreux fruits contenant chacun 2 graines, qui sont consommés par les oiseaux. Dans son aire d'introduction elle se reproduit surtout de manière végétative par ses drageons.



Impacts et aspects positifs

D'après la bibliographie : La symphorine à fruits blancs peut s'étendre rapidement grâce à ses drageons et ainsi évincer la végétation indigène.


D'après la bibliographie : Les fruits de la symphorine à fruits blancs sont toxiques pour l'homme si consommés en grande quantité.


D'après la bibliographie : Les fruits de la symphorine à fruits blancs sont consommés par les oiseaux. Les buissons formés peuvent constituer un abri pour la faune. Elle possède des propriétés médicinales.



Gestion

Carte des actions réalisées sur 'Symphoricarpos albus (L.) S.F.Blake, 1914'
0 retour(s) sur invmed.

Eviter de planter la symphorine à fruits blancs, et ne pas la rejeter dans la nature.

L'arrachage manuel est possible pour lutter contre la symphorine à fruits blancs au stade plantule. Le site doit ensuite être surveillée pendant quelques années, et toute nouvelle plantule arrachée.


Des herbicides (ex. glyphosate) sont parfois utilisés pour lutter contre la symphorine à fruits blancs. Cependant, ces herbicides ont un impact sur les autres espèces végétales, la faune et le milieu en général ; leur utilisation est donc à proscrire en milieux naturels ou semi-naturels.


L’utilisation d’herbicides est interdite en milieux aquatiques et à moins de 5 m d’un cours d’eau ou d’une zone de captage à cause des effets induits sur les écosystèmes aquatiques et sur la santé humaine. Depuis 2009 il n'existe plus aucun produit phytosanitaire homologué pour les milieux aquatiques.


Si des graines sont présentes, les plantes arrachées doivent être exportées avec précaution en dehors du site et brûlées pour éviter la dissémination des graines.

La mise en compostage peut être éffctuée pour les plants dépourvus de graines.


La symphorine à fruits blancs produit beaucoup de graines, il faut donc impérativement réaliser les opérations de contrôle avant la maturation des fruits.



Sources bibliographiques

CABI. 2019. Symphoricarpos albus (common snowberry). Centre for Agriculture and Biosciences. https://www.cabi.org/isc/datasheet/52359 [consulté le 27/03/20]

Möllerová J. 2005. Notes on invasive and expansive trees and shrubs. Journal of Forest Science 51: 19-23.

Tyrie C. 2006. Symphoricarpos albus, snowberry. Invasive Alien Species in Northern Ireland. http://www.habitas.org.uk/invasive/species.asp?item=4329 [consulté le 27/03/20]



Photos

Dernière modification le 03/06/2020