Espèces végétales exotiques envahissantes

Nassella tenuissima (Trin.) Barkworth, 1990
Nom(s) vernaculaire(s)
FamillePoaceae
OrigineAmérique du sud
Date d’introductionNon connue
Statut PACAAlerte
Statut domaine méditerranéenAlerte
Statut domaine alpinAbsente
Carte de répartition (par maille de 10*10km)

Description

  • Port : Herbe vivace très vigoureuse, à port cespiteux, formant des touffes en forme de fontaine, à racines fasciculées.

  • Feuilles : Feuilles jusqu'à 60 cm de long, 0,25-0,5 mm de large, enroulées très serrées et paraissant filiformes ; ligules membraneuses courtes, opaques, obtuses ou tronquées, glabres sauf aux marges.

  • Tige : Tiges raides, élancées, glabres, à 2-4 noeuds.

  • Fleurs : Inflorescences en panicules plus ou moins diffuses, verdâtres à violacées ; épillets à un fleuron, entouré par des glumes subégales, persistantes ; lemme de 2-3 mm de long, à arrête courte attachée au centre. Floraison mai-décembre.

  • Fruits : Caryopse fusiforme, 1,5-2 mm de long ; graines prolongées par une arrête velue de 5 à 9 cm.

  • Taille : De 30 à 70 cm.

  • Confusion possible : Avec les autres espèces du genre Nassella (N. formicarum, N. neesiana, N. trichotoma), toutes des espèces exotiques provenant d'Amérique, ainsi qu'avec les espèces des genres proches (Jarava, Macrochloa, Stipa...). N. tenuissima se distingue par un anthecium (fruit dérivé d'un épillet à une fleur) d'environ 3 mm et une couronne apicale indistincte.



Biologie et écologie
Milieux : prairies, pelouses sèches et garrigues ; milieux agricoles ; milieux anthropiques.

Reproduction sexuée.
Dissémination des graines par : anémochorie ; hydrochorie ; zoochorie ; anthropochorie.

Le stipe grêle possède à la fois des fleurs cléistogames (auto-pollinisation) et chasmogames (pollinisation croisée). Il produit des milliers des graines qui sont dispersées par le vent, l'eau, les animaux et les activités humaines (déplacement de sols contaminés, véhicules). La banque de graines peut persister 4 ans dans le sol.



Impacts et aspects positifs

D'après la bibliographie : En Australie et en Nouvelle-Zélande, le stipe grêle forme des stations monospécifiques denses, qui évincent les espèces indigènes en empêchant la croissances des plantules, principalement dans les prairies.


D'après la bibliographie : Le stipe grêle forme des stations denses dans les zones sèches, augmentant le risque d'incendie. Le feu favorise ses semences.


D'après la bibliographie : Le stipe grêle a une forte teneur en fibre et une faible valeur nutritionnelle : il n'est pas comestible pour le bétail et forme des boulettes indigestes dans leur ventre. S'ils sont forcés d'en manger en trop grande quantité, ils peuvent perdre du poids voire même en mourir. Il peut devenir dominant sous une forte pression de pâturage.


En région LR : Si elle a été appréciée pour végétaliser initialement les espaces verts pour son côté esthétique et résistant à la sécheresse, les nombreux re-semis spontanés en font actuellement une contrainte pour les jardiniers en entrainant des désherbages manuels supplémentaires.



Gestion

Carte des actions réalisées sur 'Nassella tenuissima (Trin.) Barkworth, 1990'
0 retour(s) sur invmed.

La prévention reste aujourd'hui la seule action efficace afin qu'elle ne s'établisse pas durablement en milieu naturel. La détection précoce dans les milieux semi-naturels et la réduction de l'introduction de cette espèce en milieu anthropique semble aujourd'hui être la seule méthode de contrôle efficace.

L'arrachage manuel de l'ensemble de la plante, système racinaire inclus, en dehors de la période de fructification, peut être effectué sur de petites surfaces.


L'arrachage mécanique de l'ensemble de la plante, en dehors de la période de fructification, peut être effectué sur de petites surfaces, en particuliers dans des milieux remaniés ou perturbés.


La fauche n'est pas appropriée à l'espèce, de par son port en touffe.


Les espèces du genre Nassella sont interdites en Australie et en Nouvelle-Zélande. Cependant, N. tenuissima a été importée illégalement en Australie de nombreuses fois, en utilisant des noms taxonomiques incorrects ou anciens (Stipa tenuissima, S. lessingiana, S. capillata, S. capriccio, Austrostipa elegantissima).



Sources bibliographiques

CABI, 2017. Nassella tenuissima (Mexican feather grass). Centre for Agriculture and Biosciences International. https://www.cabi.org/isc/datasheet/115734 [consulté le 06/03/2018].

Global Invasive Species Database (GISD), 2015. Species profile Nassella tenuissima. http://www.iucngisd.org/gisd/species.php?sc=463 [consulté le 07/03/2018].

Invasive Species Council, 2017. Case study: Mexican feather grass. https://invasives.org.au/wp-content/uploads/2017/11/Case-Study-Mexican-feather-grass.pdf [consulté le 07/03/2018].

Jacobs S.W.L., Everett J., Torres M.A. 1998. Nassella tenuissima (Gramineae) recorded from Australia, a potential new weed related to Serrated Tussock. Telopia, 8: 41–46.

McLaren D.A., Stajsic V., Iaconis L. 2004. The distribution, impacts and identification of exotic stipoid grasses in Australia. Plant Protection Quarterly, 19: 59-66.

Plant Right. Invasive Plant Spotlight: Nassella tenuissima (Mexican feathergrass) http://www.rcdsantabarbara.org/wp-content/uploads/Invasive-Species-Spotlight-Nassella-tenuissima.pdf ; https://plantright.org/invasive/stipanassella-tenuissima/ [consultés le 06/03/2018].

Verloove F. 2005. A synopsis of Jarava Ruiz & Pav. and Nassella E. Desv. (Stipa L. s.l.) (Poaceae: Stipeae) in southwestern Europe. Candollea, 60: 97-117.

http://www.gt-ibma.eu/wp-content/uploads/2016/12/Guillaume_Fried_Nassella-tenuissima-JEVI-20-10-2016-3.pdf



Photos

Dernière modification le 27/08/2018